O
Les Révélations
du Dr Michael Wolf












"L'article de Chris Stonor me semble refléter adéquatement
les renseignements que le Dr Wolf m'aura également communiqués."

Richard Boylan, Ph.D.

1998 - L'année du loup



Livre du Dr Michael Wolf

La mauvaise santé m'aura empêché de me balader dans le paysage du paranormal, mais ce fut l'année où j'ai commencé à communiquer avec un homme qui m'a permis d'étirer ma conscience jusqu'à ses limites actuelles. Un homme qui a littéralement changé ma perception de ce paysage. Ce fut l'année où j'ai commencé à m'entretenir par téléphone avec ce désormais controversé scientifique, le Dr Michael Wolf-Kruvant, au sujet du camouflage des ovnis et de la réalité des extraterrestres. Ce sont des moments dans ma vie que je ne suis pas prêt d'oublier.

Nous avons tous les deux forgé une relation unique et tout à fait spéciale. Voici un homme qui prétendait avoir servi pendant 25 ans au sein du gouvernement satellite américain, qu'il avait oeuvré auprès de différentes espèces ET dans des bases souterraines comme Dulce et Area 51, et qu'il était à la fine pointe des découvertes clandestines qui devanceraient de quelques centaines d'années nos grands courants scientifiques actuels.

"Je sens que vous voulez savoir la vérité."
Je ne pourrai jamais oublier ces mots d'ouverture, ni la voix grave et le débit langoureux et délibéré de son discours. Je venais à peine de décrocher mon téléphone. Ensuite une pause...

"Ici le docteur Michael Wolf. Mon éditeur m'a fait parvenir votre télécopie."
C'était un soir d'octobre, en 1998. Un ami m'avait parlé de Catchers of Heaven, un livre qu'il me suggérait de lire. Il m'avait procuré également un bref aperçu de son auteur. Stimulé par mes instincts journalistiques, j'ai immédiatement contacté l'éditeur américain Dorrance à savoir comment je pourrais me procurer ce bouquin et même, possiblement, m'entretenir avec le Dr Wolf. 

La voix rauque reprit les ondes : "Que voulez-vous savoir ?"
Ainsi s'entamait une relation téléphonique de deux ans. Plus de 30 heures d'entretiens ; une dixaine de bandes audio de conversations enregistrées ; et un compte de téléphone colossal. Ce fut possiblement les mois les plus excitants et les plus exigeants de ma vie.

Je me rappelle la première conversation de 90 minutes et l'insomnie qui en suivit. J'étais beaucoup trop excité pour arriver à m'endormir. Mais je savais, intuitivement, que la démarche de cet homme était authentique. Comme tout journaliste d'investigation, j'avais toujours rêvé de dénicher mon Deep Throat(1) personnel. Je sentais l'avoir trouvé, et m'imaginais ce que Bernstein et Woodward auraient bien pu vivre à l'époque du Watergate.

La confiance et le respect ont pavé la voie au déroulement de notre relation. S'il me disait : "Je ne peux pas aborder ce sujet", je n'insistais pas. S'il me disait : "Posez-moi de nouveau cette question dans quelques mois", j'acquiesçais à sa demande.

Je me suis tôt pris de sympathie pour le docteur et je sentais qu'il me vouait le même sentiment. C'était l'harmonie. Au départ, je lui téléphonais deux fois par mois - je ne voulais pas m'imposer outre mesure - ensuite une fois par mois, et enfin aux trois mois. J'enregistrais absolument toutes nos conversations, aussi banales qu'elles soient, et les transcrivais à un logiciel de traitement de textes.

En ce qui concerne les ovnis, les informations qu'il me transmit ont posé tout un défi à mon cerveau, car elles étaient autant incroyables que fantastiques. Il m'obligea donc à élargir à grands coups les limites de ma conscience. Je croyais tout savoir sur le cover-up, mais j'ignorais à quel point les rouages de la déception étaient aussi profonds et complexes.

Parfois je me refusais à y croire. Le plus imaginatif des écrivains hollywoodiens saurait-il concevoir un scénario conspirationniste aussi extrême ? À maintes reprises, le doute s'empara de moi, me laissant pour compte et dans l'ombre, jusqu'à ce que je réussisse à assimiler tout ce savoir.

Heureusement, je connaissais d'autres journalistes qui conversaient régulièrement avec Michael. En particulier, un Américain, le Dr Richard Boylan et une Italienne du nom de Paola Harris. Il m'était donc possible de comparer mes notes aux leurs. Je me suis entretenu avec Paola à plusieurs reprises au téléphone. 

À deux occasions, elle avait visité Michael à son domicile à Hartford, au Connecticut, avant que la maladie ne l'emporte; elle a pris plusieurs photos, a pu prendre connaissance de preuves visuelles y compris une photo de lui en compagnie de Clinton et une lettre signée du Président le remerciant pour tout son travail(2).

Bien que je ne me sois jamais entretenu avec le docteur Boylan, j'ai souvent visité son site web où sont affichées des informations semblables à celles qui me furent communiquées(3).

Le recherchiste ufologiste canadien Stanton Friedman avait tenté de discréditer Michael, ce qui le perturba, mais comme il m'expliqua : "Il voulait que je devienne l'indice flagrant (smoking gun), mais j'ai réfusé."

Ce commentaire résume assez bien la démarche de Michael. Il répétait constamment : "J'ai prêté serment. Je ne veux pas commettre de trahison. Je ne peux pas tout dévoiler." On pouvait sentir devant soi un homme déchiré entre la loyauté envers ses supérieurs et sa patrie, et un désir humaniste de dire la vérité. Il a sans doute connu d'intenses frustrations.

Je n'avais pas affaire à un deux de pique mais bien à un haut-placé au sein du gouvernement satellite ; possiblement le plus haut-placé à s'avancer aussi loin jusqu'à maintenant. Un homme débordant de connaissances.

La recherchiste Linda Moulton-Howe a eu un entretien avec Michael au sujet de l'incident survenu à la base aérienne Holloman en 1964. Elle reçut de lui une réponse tellement complète et explicite qu'elle s'exclama : "C'est trop bon pour être vrai!" Le docteur n'entendit jamais plus parler d'elle.

Un jour, un incident du genre X-Files est survenu, ce qui me permit de mieux comprendre ses réticences. Puisqu'il était à la tête de l'équipe Alphacom du groupe MJ12, un groupe de recherche mis sur pied pour étudier et évaluer les différentes races extraterrestres dans l'univers, j'étais tout naturellement curieux d'en connaître davantage. Un jour, je le questionnai au sujet des habitants de la planète Mars. Comme j'avais lu l'ouvrage de Courtney Brown décrivant ses expériences en visualisations à distance, je voulais savoir si cette race martienne existait vraiment. La réponse fut immédiate et d'un ton d'une telle irascibilité à ne pas en croire ses oreilles. "Il m'est interdit d'aborder ce sujet !"

"Pourquoi ?" lui ai-je demandé, un peu blessé et poussé à l'irrévérence. Ensuite j'ai compris. Toutes les conversations téléphoniques qu'il recevait étaient surveillées de ses supérieurs. On me testait, m'étudiait comme un figurant à la télévision invisible (NDT: I was on candid camera). Si je posais une question à laquelle Michael n'était pas autorisé à répondre, un feu rouge s'allumait. À l'opposé, un feu vert signifiait qu'il pouvait procéder. Je comprenais maintenant pourquoi il se répétait à tout bout de champ...un écran de fumée pour m'empêcher de poser des questions trop sensibles. Il ne fallait surtout pas parler des Martiens !

Michael était un pantin consentant du gouvernement satellite, leur porte-parole pour sonder les terres du monde des "dupes". Le docteur a expliqué qu'il discutait de façon régulière avec ses supérieurs à savoir quels renseignements pouvaient être glissés au public et quels devaient rester secrets. En ce qui concerne le Monolithe (voir plus loin dans cet article), il s'exclama d'un ton acrimonieux : "Ils m'ont sauté dessus avec celle-là ; fallait pas que j'en parle !"

Un triomphe est survenu lorsqu'un jour il me parla des Altares, une race extraterrestre dont la mention ne fut qu'effleurée au tout début de nos entretiens. Au cours d'une période de quatre mois, je l'avais doucement, graduellement, incité à m'offrir plus de détails. D'un ton jovial, cette fois, il déclara: "Je suis surpris de pouvoir vous transmettre ces renseignements." Il me vint à l'idée que le feu rouge était peut-être gelé sur le vert. Jaillit ensuite un flot incessant d'informations que lui et son équipe d'Alphacom avaient recueillies. Je percevais dans sa voix une joie, un soulagement; tel un chien déchaîné gambadant dans les prés. Un soupçon de frustration libéré de sa cellule.

Au cours d'un autre entretien, j'ai voulu m'informer d'un incident impliquant l'écrasement et la récupération d'un engin ET. "Gardez la ligne, je vais vérifier" a-t-il répliqué, et il déposa le récepteur téléphonique. Quelques minutes plus tard, le docteur reprit l'appareil : "J'ai consulté le répertoire. Non, ce n'était pas cette année-là, c'était plutôt l'année suivante." Michael me fit part que dans son coffre-fort se trouvait la liste officielle du gouvernement satellite de tous les engins écrasés/récupérés depuis 1941.

La santé de Michael était toujours un facteur à considérer. Parfois, il se sentait trop malade pour dialoguer. À une occasion, il m'a même semblé paranoïaque. "La Cabale -- ils veulent me tuer !" s'écria-t-il. Son médecin lui avait prescrit un nouveau médicament et son corps avait réagi.

Par contre, en d'autres occasions, il paraissait vigilant et bien reposé, et même tout excité de pouvoir divulguer de nouveaux renseignements. Vers la conclusion de nos rapports, je connaissais un peu mieux sa vie privée. J'ai discuté avec sa charmante fiancée et avais pris connaissance de leurs plans de mariage. Formidable que de voir un homme qui était atteint d'une maladie incurable doter son avenir de projets intéressants.

Notre dernière conversation remonte à la fin de juillet (2000). Il semblait gravement malade et avait beaucoup de difficulté à parler, ne serait-ce que quelques phrases courtes. Je sentais que son heure était proche.

Au mois d'août, Michael fut transporté dans un hospice. Il est décédé le 18 septembre.

Le docteur ne craignait pas la mort. Les extraterrestres auprès de qui il avait oeuvré dans les bases souterraines lui avaient enseigné que nos corps ne sont que les conteneurs de l'âme. "Quand meurent les gens, leur conscience transmue tout simplement vers une autre dimension."

La plus importante leçon qu'il m'ait enseignée c'était de toujours garder l'esprit ouvert, même si les informations qu'on nous présente paraissent absurdes ou extrêmes. Comme le disait Arthur C. Clarke : " La seule façon de découvrir les limites du possible, c'est d'en franchir le seuil vers l'impossible."

Je me sens privilégié d'avoir fait la rencontre du Dr Wolf, un homme unique, courageux et extraordinaire. Et j'espère que les âmes en quête de vérité l'honoreront avec le respect et la gratitude qu'il mérite.

Chris Stonor


Dr Michael Wolf-Kruvant (1941-2000)

Il aura fallu 15 ans de persuasions avant que ses supérieurs ne consentent à la publication de son ouvrage. Mais leurs conditions stipulaient que le récit devait relever de la fiction et que trois mentions différentes réfutant son authenticité devaient figurer en préface. Ils ont révisé Catchers of Heaven avant sa sortie. Michael avait commenté : "Sur ma pierre tombale, j'aimerais qu'on y inscrive: Il succomba à la bureaucratie." (NDT : He died of red tape.)

Bien que certaines déclarations du Dr Wolf semblent issues de la science-fiction, si elles sont véridiques, le docteur serait donc possiblement la plus haute instance du gouvernement satellite à s'être avancée jusqu'ici pour nous offrir un aperçu extraordinaire et stimulant du cover-up des ovnis et de la réalité des extraterrestres.




Résumé des révélations du Dr Michael Wolf

Les premiers constats américains de l'écrasement d'un engin ET remontent à 1941. L'engin s'est écrasé dans l'océan Pacifique près de San Diego et il fut récupéré par la Marine américaine. À l'intérieur gisaient les corps de Zétas réticuliens, alias les Gris. Les dépouilles et le vaisseau furent transportés à la Section de la technologie étrangère de la base aérienne Wright-Patterson, à Dayton, Ohio, et étudiées par le groupe de recherche Retfours (Retfours Special Studies Group).

Suite au démantèlement de l'appareil, des composantes furent expédiées aux installations S4 et Indian Springs au Nevada. L'engin s'était écrasé sous l'influence du nouveau radar à impulsions que l'on venait d'inventer.

Au moment du drame, la Marine procédait à des essais sur l'île Tinian, située à 5 kilomètres au sud/sud-ouest de Saipan. La Marine américaine occupe depuis une position dirigeante en matière d'ovnis.

L'écrasement à Roswell en juillet 1947 est un fait et le récit dont fait état le Colonel Corso dans son livre "The Day After Roswell" est véridique. Le Dr Wolf avait en sa possession la liste officielle du gouvernement satellite américain de tous les écrasements/récupérations d'ovnis répertoriés, y compris d'autres incidents survenus entre 1941 et 1947, mais il n'était pas disposé à en livrer les détails.

Deux engins se sont écrasés à Roswell suite à une collision aérienne survenue au cours d'un orage électrique. L'un des engins contenait des "Gris", l'autre des "Oranges"; les deux espèces furent ainsi nommées en raison de la couleur de leur peau. Les extraterrestres de type "Orange" proviennent du système stellaire Andromède. Le documentaire de Santilli montrant une autopsie est authentique(4). Il s'agit d'une autopsie pratiquée sur le corps d'un ET orange. Le Dr Wolf en a vu d'autres. La confusion résulte d'une seconde autopsie exercée à l'époque sur un extraterrestre de type différent.

L'autopsie pratiquée sur la dépouille du ET orange a produit les constats suivants : une grosse tête; de grands yeux foncés dépourvus d'iris ou de blancs; six doigts, six orteils; un cerveau composé de quatre lobes, et plus développé mais non connecté au corpus callosum; des nerfs optiques et orbiculaires de type différent; un système digestif spongieux. Le docteur Wolf affirme avoir rencontré un Orange de son vivant.

Il existe différents types de "Gris". Il a en côtoyé de très évolués qui contrairement à l'opinion courante, possédaient des personalités et même un sens d'humour. Le Dr Wolf n'a jamais rencontré de Gris qu'il n'aimait pas. À son avis, ils faisaient tous partie d'une grande famille et aimaient câliner les humains. Mais cette marque d'affection ne faisait pas l'unanimité chez ses pairs. L'un de ses collègues les appellait des baise-joux (kissey facey). Leurs corps sont doux au touché, telle la peau d'un dauphin. Il communiquait avec eux par télépathie et s'était tout particulièrement lié d'amitié avec une entité nommée Kolta. La photo de ce Gris apparaît sur la couverture de son livre. Elle fut prise par un ami occupant les fonctions d'amiral dans la Marine.

Les Gris et les Oranges pratiquent un commerce d'échange très actif. Selon Michael Wolf, ce genre d'échange revêt un tout autre caractère aux yeux des extraterrestres. Ils partagent leur savoir, leurs technologies et leurs philosophies. Un programme d'échange permet à leurs populations de voyager d'une planète à une autre pour apprendre leurs cultures respectives.

Il a conversé avec des humanoïdes du système Altair (Sémites) et celui des Pléiades (Nordiques). Le docteur Wolf a expliqué que ces êtres étaient très évolués au niveau spirituel et qu'ils agissaient surtout comme conseillers galactiques. Une photo d'un ami pléiadien nommé Sa Ra agrémente la couverture verso de son livre.

Le premier jour de mai 1975, une "légère mésentente" est survenue entre quelques Gris et quelques humains aux installations S4. Au cours d'une démonstration d'un petit réacteur à antimatière, le dirigeant du groupe des Gris a demandé aux gardiens, en l'occurrence des bérets bleus, de retirer leurs fusils et leurs cartouches de la salle. C'était une mesure préventive pour empêcher aux armes de décharger accidentellement pendant les émissions d'énergies. Les gardiens ont refusé de coopérer, et dans l'incertitude du moment, un béret bleu ouvra le feu en tuant un Gris. Deux scientifiques et 41 militaires furent exterminés. Un gardien seulement fut gardé vivant pour témoigner du drame, alléguant que les Gris avaient agi par autodéfense en utilisant une forme d'énergie mentale dirigée.

Un certain nombre de scientifiques présentement au service du gouvernement satellite furent enlevés par des Gris dans leur enfance afin de développer leur facultés intellectuelles en préparation de leurs professions ultérieures. Ce sont des hybrides.

Sa première assignation fut aux côtés de Carl Sagan et autres scientifiques d'envergure. Ils avaient pour tâche d'étudier et de comprendre les complexités d'une énorme balise céleste surnommée Le Monolithe qui fut découverte flottant dans l'espace pour la première fois par le cosmonaute russe Yuri Gagarin et ensuite par l'Américain Alan Shephard en 1961. Le Monolithe fut récupéré et transporté sur Terre en 1972 pour fins d'enquête. Cette balise émet de la lumière, des signaux sonores, ainsi qu'un langage mathématique. Selon le docteur, lorsqu'on fermait les yeux en syntonisant ces signaux, "On pouvait voir avec les yeux intérieurs un film en 3D de notre galaxie. Vous étiez présent, dans le film, comme si vous en faisiez partie. Les images que nous présente le télescope Hubble de nos jours sont les mêmes que j'ai pu visionner 25 ans passés." Le Dr Wolf affirme qu'il existe plusieurs autres monolithes dans l'espace et qu'ils sont l'oeuvre de groupes extraterrestres.

Carl Sagan a toujours nié la réalité des ETs en raison de la "menace constante de ses supérieurs de supprimer le financement de sa faculté à l'université Cornell s'il proclamait le contraire."

Le Dr Wolf était impliqué dans différentes expériences génétiques dont le Projet Sentinel. Après avoir perfectionné leurs techniques de clonage sur des animaux, le Dr Wolf et ses associés ont créé avec succès un être humain doté d'une intelligence artificielle et l'ont nommé "J-Type Omega". Leurs supérieurs convoitaient un soldat omnipuissant et supergénial qui saurait obéir aux ordres, sans crainte et sans hésitation. Mais le Dr Wolf a subrepticement doté son intelligence de notions d'éthique après s'être rendu compte que "J-Type" possédait une âme. Lorsqu'il refusa d'obtempérer à un commandement de tuer un pauvre chien inoffensif, ses supérieurs ont donné l'ordre de l'exterminer. Mais le Dr Wolf lui accorda sa liberté, et aujourd'hui cette "intelligence" vit quelque part en Amérique.

MJ12 existe bel et bien et compte maintenant 36 membres. Il fut réticent à divulger des noms, mais il a tout de même confirmé que l'ancien Secrétaire-d'État américain Henry Kissinger et Edward Teller, le père de la bombe à hydrogène, étaient tous les deux des membres en poste. Le groupe MJ12 se rencontre régulièrement à différents endroits, y compris le Batelle Memorial Institute à Columbus, Ohio.

Le Projet Sentinel a nécessité une étroite collaboration avec les Gris. Les connaissances approfondies des ETs dans le domaine de la génétique étaient indispensables aux succès escomptés. "J-Type Omega" fut élevé dans une cuve d'eau à partir d'un embryon. Des composantes ADN provenaient en partie du Dr Wolf. L'entité aura été éveillée environ 12 mois plus tard, et une fois sortie de la cuve, elle avait l'apparence d'un jeune homme de 20 ans. Selon le Dr Wolf, lorsque J-Type s'éveilla: "Il agissait comme un chiot; son esprit était complètement vide. Il posait des tas de questions, voulant tout savoir." Le docteur lui fit visionner des bandes de films décrivant nos vieilles guerres terrestres. "Il se mit à pleurer en voyant ces images d'horreur", dit-il, "en second regard, je lui en ai trop montré." J-Type a appris plusieurs langues et pouvait utiliser son cerveau à 50 pour cent, contrairement à 10 pour cent pour les humains. "Lorsque nous avons testé ses facultés mentales, son QI a fusé comme une torpille. Leur relation était semblable à celle d'un père envers son fils.



Henry Kissinger

La récolte de tissus d'animaux, les célèbres mutilations bovines, est nécessaire à la production d'organelles, ces composantes spécialisées d'une cellule dont l'apparence et les fonctions ressemblent aux organes du corps humain. Les organelles peuvent être introduits dans le corps pour filtrer les polluants en provenance de l'air, de l'eau, des aliments, etc. L'expérimentation se poursuit toujours au niveau des hybrides mi-humains/mi-zétains, ou les "entre-deux" comme les appelait le Dr Wolf. Les organelles peuvent être utiles, également, à modifier les hormones corporelles, ainsi qu'à rendre les précurseurs cérébraux non toxiques. "Ces cellules sont minuscules et leur insertion ne constitue pas une procédure envahissante. La génétique bovine est comparable à celle des humains." 

Lorsque ses supérieurs ont donné l'ordre de terminer l'existence de J-Type Omega, le Dr Wolf et un ami l'ont fait sortir clandestinement du site Area 51. "Pour moi, c'était comme un péché que de créer un être nanti d'une âme et d'émotions pour ensuite l'envoyer à la guerre. "J-Type est sain et sauf. Plusieurs organelles furent insérés dans son corps pour le protéger de toute maladie. Il est conscient de son identité et des mécanismes qui ont mené à sa conception. Il est presque identique à un humain et passerait facilement un examen médical." Les Zétas étaient enchantés des résultats. " <J> m'a fait part qu'il désirait enseigner. Je lui ai dit de ne jamais tenté de me contacter. Que c'était trop risqué."

Il a briefé quatre présidents américains sur la question des ETs. Jimmy Carter avait hâte de mettre fin au cover-up, mais lorsqu'il fut avisé des implications religieuses d'un tel dévoilement, il s'est désisté. "J'étais présent à ce meeting. Carter entretenait de fortes croyances chrétiennes. Lorsqu'on lui révéla que les religions étaient une création de l'homme et possiblement un phénomène unique dans l'univers, il s'effondra en larmes."

Ronald Reagan et George Bush (père) sont bien instruits sur la réalité ET, surtout Bush qui autrefois dirigeait la CIA. Bill Clinton était plus dans l'ombre. Il a connaissance du site Area 51 mais ignore tout de S4. Il possède les laissez-passer Above Top Secret et Need to Know, mais il ne détient pas celui de Umbra Ultra Top Secret Clearance donnant accès aux niveaux supérieurs du groupe MJ12, ni celui de Keystone Clearance touchant la recherche et les renseignements en matière d'extraterrestres.

Plusieurs membres des groupes britanniques M15, M16 et SAS (Special Air Services) sont avisés de la situation. Bien que réticent à divulguer l'identité des hautes instances du 10 Downing Street qu'il a briefées, il a fait savoir qu'il s'était lié d'amitié avec Sir Malcolm Rifkind, l'ancien Ministre de la Défense dans le cabinet conservateur. "Rifkind est bien instruit en matière d'ovnis, tout particulièrement les triangles volants. Il estime que le cover-up est tout indiqué parce que le public n'est pas encore prêt à connaître la vérité."

La Reine est quelque peu au courant, de même que Margaret Thatcher.           

Officieusement, nous avons mis les pieds sur la lune avant 1969, mais il n'a pas divulgué de date précise. "Nos astronautes furent observés par les ETs lorsqu'ils étaient sur la lune. Ils ont entretenu des conversations avec eux et furent avertis de quitter la planète. C'est pour cette raison que la dernière mission Apollo fut annulée à la dernière minute. Les astronautes brûlent de dire la vérité mais n'osent pas commettre de trahison."

La NASA a joué un rôle intégral dans le cover-up. Cet organisme a été désigné comme l'un des porte-parole officiels d'un éventuel dévoilement mondial.

Le Visage de Mars photographié par Viking orbiter en 1976 sur le site de Cydonia

Richard Hoagland ne se trompe pas concernant les structures sur Mars. Il confirme que nous possédons des installations sur cette planète et sur la lune. La photographie du Visage sur Mars présentant une image qui diffère de la précédente a été retouchée par la NASA. "Ils estiment que l'humanité n'est pas prête à ce genre de révélation."

Dans une chambre sous Guiseh et dans une autre située entre les pattes du Sphinx, on a découvert les squelettes d'êtres mesurant 2,10 m et affichant de gros yeux. Les mains et les pieds étaient liés d'argent. "Pour des raisons que nous ignorons, les premiers visiteurs extraterrestres ne pouvaient pas pénétrer l'argent."

Un Stargate fut découvert dans une pyramide à Guiseh. Des chercheurs scientifiques croient qu'il s'agit d'une lentille pouvant fabriquer des trous de ver menant n'importe où dans l'Univers. Le Stargate n'a pas encore été activé. "Il nous faudra connaître beaucoup mieux notre galaxie et d'autres encore avant que nous puissions nous en servir -savoir où aller et comment nous y préparer; savoir syntoniser et établir des coordonnées. Le problème, c'est que la signalisation routière n'existe pas dans l'espace." Le docteur Wolf avait le pressentiment qu'il s'agirait là d'un aboutissement, l'un des derniers apprentissages de notre race en fonction de notre association avec les ETs.

Il avait mis sur pied un programme d'expansion des facultés psychiques. Ce programme intitulé The Gateway Treatment, se voulait une expérience visant le développement du cerveau en stimulant les neurones pour favoriser la prolifération de milliards de synapses et ainsi permettre à un sujet d'augmenter le potentiel de son esprit, par exemple la communication télépathique avec les ETs.

Ce programme permit de concevoir une série d'expériences en conditionnement mental connu sous le nom de MK ULTRA. C'est ainsi que le docteur Wolf et ses associés ont appris aussi bien à extraire qu'à refouler la mémoire humaine, une technique de contraintes de l'esprit appelée Mind Capping. "

Ces techniques ne sont pas aussi efficaces que les méthodes utilisées par les ETs." En outre, le programme mena vers la recherche en visualisations à distance (remote viewing) et autres phénomènes psychiques. "Au bout du compte, toutes ces expériences étaient peut-être une tentative de quelques particuliers à exercer un contrôle mental mondial-une idée qui fait peur."

Il existe un groupe de généraux impotents, xenophobes et paranoïaques qui sont chargés de la protection aérienne américaine et qui craignent et maudissent les ETs au point de leur faire la guerre. Ce groupe appelé la Cabale a recours aux armements dits Guerre des étoiles, y compris un faisceau de particules neutres pour abattre des vaisseaux spatiaux et emprisonner ses survivants pour en extraire des renseignements par la force. "La technologie qui nous a été offerte par les ETs est maintenant utilisée contre eux." Détestée par plusieurs membres du gouvernement satellite, la Cabale emploie également des méthodes agressives contre ceux et celles qui tentent de mettre fin au cover-up, et on soupçonne qu'elle intensifiera cette répression au fur et à mesure que se rapprochera le jour du grand dévoilement.

D'éminents chercheurs en Ufologie, ainsi que les membres du gouvernement satellite qui prêtent leurs efforts à mettre fin au cover-up, auraient possiblement subi l'influence d'énergies psychotroniques par le biais de dispositifs utilisés par la Cabale. Des gens comme Steven Greer et son assistante Shari Adamiak (CSETI); le congressiste Steve Schiff; le colonel Steven Wilson des forces aériennes américaines (USAF) et ancien dirigeant du Projet Pounce (écrasement et récupération d'ovnis); le Dr Michael Wolf; son supérieur immédiat à la CIA; et plusieurs autres qui sont décédés récemment ou qui souffrent présentement d'une maladie reliée au cancer. Coïncidence?

Au cours de ses expériences en génétique, il a découvert que certains humains, y compris lui-même, portaient des marqueurs génétiques ET. " Un grand nombre de personnes actives dans le domaine de l'ufologie porteront probablement ces gènes. 



Steven Greer

De nombreuses confédérations galactiques nous visitent en ce moment. Elles incluent : L'Alliance, composée d'humanoïdes des systèmes stellaires Pléiades et Altair Aquila; Le Corporatif, composé de différentes races Grises du système Zéta Réticuli; la Fédération des mondes, qui comprend un nombre indéterminé de différents groupements extraterrestres en provenance de l'univers; et les Races unies d'Orion, un groupe ET de ce système stellaire. Toutes ces confédérations sont interconnectées.

Dans une convention que les Nations-Unies et Le Corporatif ont ratifiée, il existe un règlement classé Above Top Secret qui stipule qu'il est interdit à tout membre du groupe Zéta de se montrer en public. Malheureusement pour lui, l'ami du docteur Wolf, Kolta, s'est aventuré dans une zone interdite et un soldat lui tira dessus. Il découvrit Kolta dans son appartement, blessé d'une balle. "Je l'ai dissimulé dans la garde-robe de ma chambre à coucher, quelques minutes à peine avant que des agents de la CIA ne se présentent à ma porte. J'ai joué l'innocent et il sont partis." Le Dr Wolf a ensuite téléphoné à un ami, en l'occurrence un médecin qui connaissait assez bien les ETs. " Nous avons réussi à lui sauver la vie. Les Zétas ne tolèrent pas le plomb, alors il serait mort d'un empoisonnement par le plomb plutôt que d'une suite à la blessure elle-même."

Les projets de dévoilement ont été reportés à trois reprises à des dates ultérieures, en partie à cause de l'impasse dans les négociations avec les Gris suite aux incidents du site S4 en 1975, et en partie à cause des implications énormes que représenteraient de telles révélations au niveau des religions et de l'économie mondiale. La récente admission de la vie sur Mars est un jalon important sur le sentier des révélations futures. Le Dr Wolf estime que des telles révélations auront lieu entre 2001 et 2005.

Le Vatican s'inquiète particulièrement de telles divulgations. Ils ont prié le gouvernement américain d'en retarder le processus afin qu'ils puissent mieux préparer leurs fidèles aux questions religieuses. Le Dr Wolf raconte que le Pape a modifié la vision de Dieu qu'entretient l'Église catholique romaine. "Leur nouvel apostolat sera de propager l'idée que nos corps n'ont pas été créés à l'image de Dieu, mais plutôt nos âmes."

Il avait conversé souvent de fois avec les ETs au sujet de Dieu et de la mort. " Nos corps ne sont que les conteneurs de nos âmes. Lorsque les gens meurent, leur conscience se transpose tout simplement dans une autre dimension." À propos de Dieu, le Dr Wolf a commenté : " Certains extraterrestres appellent Dieu l'Éternel, le créateur de tout ce qui vit dans l'univers." À propos de Jésus-Christ : "Il faisait partie du patrimoine ET/humain, envoyé sur Terre dans l'espoir de mettre un terme à la violence humaine. Que nous soyons des Zétas, des Pléiadiens, des Altares ou des Humains, nous partageons le même Dieu. Nous sommes tous membres d'une grande famille universelle."

Le document de recherche rendu public par le Dr Strecker identifiant le SIDA-VIH comme un virus fabriqué par des humains est exact. Le gouvernement satellite a découvert que les virus ont une structure cristalline et peuvent être éradiqués en utilisant la bonne fréquence.


Le Gris, ami du Dr Michael Wolf

Les États-Unis avaient sous leur garde un Gris appelé EBE (Extraterrestrial Biological Entity), un "invité" capturé en 1948 et tenu prisonnier jusqu'à son décès en 1953. Des scientifiques affectés à EBE utilisaient au départ des pictographies comme système de communication.

Albert Einstein a rencontré et œuvré auprès des Gris.

Certains ETs mangent à l'occasion des fruits ou des légumes. Leur système digestif est de loin plus efficace que le nôtre dans l'assimilation et le traitement des aliments. Ils absorbent leurs énergies principalement de l'air. Les visites aux toilettes ne sont pas nécessaires !

La Terre est l'une d'un petit nombre de planètes seulement à ne pas gérer ses conditions météorologiques. C'est d'ailleurs l'une des raisons pourquoi les vaisseaux spatiaux des ETs s'écrasent au cours de perturbations climatiques, en particulier les engins ayant recours à la propulsion gravitationnelle. "Leurs vaisseaux ne diffèrent en rien de nos bateaux lors d'orages violents, dansant sur l'eau, aux caprices des vagues. Pour contrer ces difficultés, certains ETs entourent leurs engins d'une énergie plasmique ou volent en sautant d'une dimension à une autre."

Une planète est une entité vivante possédant son propre niveau de conscience. Les ETs communient avec leurs planètes afin de créer des rapports harmonieux. Selon le Dr Wolf, "Certaines planètes poussent des édifices en silicone pure à partir de l'amour inconditionnel envers ses habitants. J'ai pu voir et tenir cette silicone. J'ai pu également observer des Zétas communiquer avec la Terre."

Les ETs sont stupéfiés du mauvais traitement que nous infligeons à notre Terre. Ils n'arrivent pas à comprendre pourquoi nous voulons la détruire ni pourquoi les multinationales peuvent impunément la violer par avarice et avidité. "L'une des missions de l'équipe Alphacom est de déterminer si nous pouvons profiter de la technologie extraterrestre pour redonner à la Terre son parfait équilibre original."

Parmi les technologies acquises des ETs, mentionnons les LED, la supraconductivité, les puces informatiques (microprocesseurs), les fibres optiques, les lasers, la recombinaison génétique (gene splicing), le clonage, l'équipement de vision nocturne, la technologie antidétection Stealth, les dispositifs à émission directionnelle de particules, les composites aéronautiques à matrice céramique et les vols aéronautiques à contrôle de la gravité.

Les ETs reconnaissent à la race humaine de nombreuses qualités. Comme l'explique le Dr Wolf : "Ils affectionnent tout particulièrement notre grande imagination, notre créativité, et notre tendance naturelle à faire de profonds rêves. Mais ils aimeraient bien accélérer notre évolution spirituelle."

Plusieurs extraterrestres qui visitent la Terre sont en principe des touristes. Alors que nous prenons des vacances à l'étranger, d'autres êtres, plus avancés, visitent d'autres mondes. "Par comparaison à la plupart des autres planètes, la Terre est presque unique avec la grande diversité de sa nature, sa culture et ses habitants. Parmi les planètes dites primitives, la Terre est un centre d'attraction populaire."

Certains ETs préfèrent habiter sous la Terre, car ils peuvent maîtriser leur environnement en fonction de leurs besoins. Ils utilisent également des boucliers électromagnétiques lorsque les molécules sont trop denses et que plus rien n'y passe. Selon le Dr Wolf : "Nous n'avons toujours pas exploré la profondeur des océans ni les croûtes internes de la Terre."

L'équipe Alphacom a découvert que de nombreux extraterrestres ressemblant à des humains sont présentement parmi nous. "Ils peuvent respirer notre air, et dans la rue on ne saurait les différencier." Environ un millier de Nordiques habiteraient l'Espagne, pour ne nommer que ce pays.

Les Nordiques présentent des visages parfaits et sensuels, sans rides ou peu, les yeux bleus, les cheveux blonds, le corps sain, sans odeur et mesurant aux environs de 2 m. Ils communiquent par télépathie, mais lorsqu'en visite sur Terre, ils se servent d'un dispositif vocal, une petite boîte biologique implantée dans leur système.

Les organes internes de leur corps sont semblables aux nôtres, bien que le système digestif soit différent. Se nourrir comme nous, tous les jours, n'est pas nécessaire. Et puisque leur génétique est différente également, leurs cellules ne meurent pas.

Ils possèdent une base sur une île de la Polynésie française et se promènent librement parmi les insulaires.

Les Nordiques ont les facultés psychiques très développées. Selon le Dr Wolf : "Ils peuvent ouvrir un portail dimensionnel d'une maigre pensée et peuvent disparaître physiquement. J'en fus témoin. Ils habitent une dimension supérieure à la nôtre. Les pensées sont des formes d'énergie, et les Nordiques portent un bidule, dans leur poche ou ailleurs sur leur personne, qui amplifie cette énergie. Ils cultivent les cristaux aux mêmes fins."

Un certain après-midi, en 1990, un vaisseau ET escorté de chasseurs F-16 a atterri sur Puerto Rico dans un quartier touristique achalandé. Les occupants sont alors sortis de l'engin et se sont baladés parmi la population. De commenter le Dr Wolf : "C'était un exercice pour recueillir les réactions du public." Le maire de l'île écrivit une lettre au président Bush déclarant : " Au début, nous trouvions ces sightings très amusants, mais par la suite les gens sont devenus inquiets. Que dois-je donc leur dire?" Le Président avait tendu cette communication au Dr Wolf. "Elle était estampillée partout du code T52-EXEMPT(E), ce qui veut dire que cette lettre ne doit jamais être déclassifiée."

Alors qu'il poursuivait son doctorat en physique au MIT (Massachussetts Institute of Technology), il a découvert une nouvelle théorie de la dualité des ondes de particules qui plus tard mena à la création d'un faisceau de particules neutres. Le Dr Wolf : "J'espérais et envisageais que cette technologie puisse un jour servir à vaincre le cancer. Mais non, on s'en est servi comme arme dans le cadre du Projet Guerre des Étoiles."


 Le "Monolithe"

Les extraterrestres lui ont communiqué : "Tous les mondes dans la galaxie sont connectés. Une bombe atomique Hiroshima affecte toutes les cultures." Ils ont ajouté : "Les pensées sont des formes d'énergie. D'autres mondes sont en mesure de les capter. Les barrières galactiques n'existent pas."

Mossad, l'agence de renseignements israélienne, "entretient de très bonnes relations avec les ETs, spécialement les Sémites." Des liens historiques importants existent avec ce pays."

L'aéronef ultrasecret Aurora est dirigé à base de méthane liquide et possède à son bord la technologie antigravité. Il est muni d'un système d'armement à impulsions électromagnétiques antiradar et peut voyager jusqu'à la lune.

Quelques pilotes militaires ont fait des expériences au niveau de la propulsion aéronautique par le contrôle de la pensée. Le Dr Wolf : "Certains vaisseaux sont en fait des transporteurs vivants, capables de se diviser et se regrouper. Ces engins répondent bien aux commandements de la pensée."

La base souterraine Area 51 est une vaste cité de la taille de l'état du Rhode Island. Elle continue de grossir et a maintenant une sœur, S4, à quelque 25 km, et une autre appelée Indian Springs. Des centaines de personnes des secteurs civils et militaires y travaillent. Elles sont affectées à l'un ou l'autre des 8 programmes dits noirs qui fonctionnent sur un budget de 2 billions de dollars annuellement. Un important système de sécurité surveille les lieux et la loi martiale est imposée à l'intérieur.

Certains scientifiques vivent sur les lieux par tranches de six mois. Leurs chambres à coucher sont modestes tandis que les ETs jouissent d'appartements de luxe. On y trouve également des centres commerciaux, des boutiques militaires ainsi que des centres récréatifs avec piscines, gymnases et courts de basket. On y mange bien.

Des scientifiques du gouvernement satellite ont créé avec succès la fusion à froid et l'énergie du point zéro. "Il nous faudra une transition en douceur pour assimiler cette nouvelle science, sinon l'économie mondiale en sera dévastée."




Notes du Traducteur

(1) Deep Throat est le nom accordé à la présumée source d'information clandestine de Bob Woodward, journaliste du Washington Post, dans cette affaire du Watergate des années 70 qui mena à la démission du Président Nixon. Certains prétendent qu'il s'agirait de Kissinger lui-même, mais les spéculations vont dans toutes les directions.

(2) Le Docteur Wolf aura livré sa dernière entrevue le 8 mars 2000 à Paola Harris.
Voici le lien à son site si la lecture vous intéresse. Le texte, par contre, est en anglais.
http://www.ufodisclosure.com/drwolf.html

(3) Le site du docteur Richard Boylan, y compris des lectures supplémentaires au sujet du Dr Wolf. http://www.drboylan.com/

(4) Commentaire subjectif sur l'autopsie: Je n'arrive toujours pas à croire cette histoire de documentaire. La manutention de la caméra ressemble plus à une technique artistique des années 80-90. Enfin…





Sources :

La version anglaise originale de cet article a été lue et approuvée par le Dr Wolf avant sa mort.

Remerciements à Richard J. Boylon, James Courant, Paola Harris et British Telecom.
© Copyright : Chris Stonor, octobre 2000
http://www3.mistral.co.uk/futurepositive/

Reproduction et distribution autorisées avec mention de la source :
http://www.onnouscachetout-la-suite.com/index.php

Articles (en Anglais) sur le Dr. Michael Wolf :
http://www.bibliotecapleyades.net/esp_autor_wolf.htm